saoul

soûl, soûle [ su, sul ] adj. VAR. vieilli saoul, saoule
saoul 1265; lat. satullus, de satur « rassasié »
1Vx Rassasié, repu.
Mod. et littér. Rassasié au point d'être dégoûté. « Soûl de plaisir » (Toulet).
N. m. (XVe) TOUT MON (TON, SON, etc.) SOÛL : à satiété, autant qu'on veut. ⇒ content, suffisance (cf. Jusqu'à plus soif). Fumer tout son soûl. Seule, « elle pourrait sangloter tout son saoul » (Martin du Gard).
2(1534) Fam. Ivre. Il était soûl comme un cochon, comme une grive, comme un âne, comme un Polonais, comme une bourrique, très ivre. Fin soûl.
Fig. Enivré, grisé. « Ces gens, soûls de paroles, sont les plus sobres du monde » (Constantin-Weyer).
⊗ HOM. Sou, soue, sous; soul.

soûl, soûle ou, vieilli, saoul, saoule
adj.
d1./d Ivre.
|| Fig. Soûl de: grisé par. Soûl de paroles.
d2./d Loc. adv. Tout son (mon, ton, notre, votre, leur) soûl: autant qu'on veut.
————————
saoul
adj. saouler v. tr. V. soûl, soûler.

⇒SOÛL, SOÛLE, SAOUL, SAOULE, adj. et subst. masc.
I. — Adjectif
A. — 1. Vx ou région. [En parlant d'une pers., d'un animal] Qui a mangé ou bu à satiété, qui est complètement rassasié, repu. Quand elle [la vache] sort du pré, elle est déjà saoule, et elle mange, le long du mur, comme si elle crevait de faim. Sa mâchoire laborieuse ne refuse rien (RENARD, Nos frères farouches, 1910, p. 25).
2. Vx ou littér. Être soûl de qqc.
a) Être rassasié, saturé de quelque chose, être pleinement repu. Être soûl de pâtisseries, de sucreries. Être soûl de perdrix, de cailles (Ac. 1878-1935).
b) Au fig. Être dégoûté, fatigué de quelque chose ou de quelqu'un. Tu me reviendras le lendemain tout meurtri de ses caresses anguleuses et soûl de ses larmes, de ses petits bonnets ginguets, de ses pleurnicheries qui doivent faire de ses faveurs des averses! (BALZAC, Cous. Bette, 1846, p. 297). [Clémence au chat blanc] — Va-t'en! (...) Je suis soûle de te voir ici (GENEVOIX, Rroû, 1931, p. 58). V. dessoûler ex. de Giono.
B. — Cour., fam. [En parlant d'une pers., parfois d'un animal]
1. Qui a bu avec excès une boisson alcoolisée; qui est ivre. Synon. pop. grisé, noir, paf (v. paf2), plein, pompette, rond (v. rond1). Reeder les précédait, soûl presque à tomber, et donnant le bras à une fille soûle et décharnée (BOREL, Champavert, 1833, p. 107). J'avais un cocher soûl, à neuf heures du matin, qui a failli me faire casser vingt fois la figure et qui, pressés comme nous l'étions, n'a pas raté un encombrement (ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 119). V. noir I B 3 ex. de Dorgelès.
Loc. pop.
Fin soûl. Extrêmement ivre. Le dernier soir [de la vie de sa mère], papa est rentré fin saoul, comme d'habitude (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1253).
♦ [Dans des compar. à valeur augm.] Soûl comme une bourrique, un cochon, une grive, un Polonais. Rapiat! Il est soûl comme vingt-cinq mille hommes! Et il jure! (SARDOU, Rabagas, 1872, II, 5, p. 61). Nous avons [le jour de notre libération] franchi en titubant les portes de la caserne. Nous étions bardés (...) c'est-à-dire pleins comme des huîtres ou saouls comme des poux (FOMBEURE, Soldat, 1935, p. 201).
Soûl de qqc. Ma maîtresse est là, à côté, couchée et saoule d'absinthe. Je l'ai grisée et elle dort (GONCOURT, Journal, 1859, p. 627).
2. Au fig.
a) Excité physiquement jusqu'à l'étourdissement. Synon. enivré, grisé. Les yeux hors de la tête, soûls d'avoir gueulé autant que d'avoir bu (ZOLA, Terre, 1887, p. 462). Et quelle dose de candeur apporte-t-elle à son métier de fleur policière où s'englue le bourdon saoul de soleil, où il vibre extatiquement en se livrant goutte à goutte (ARNOUX, Algorithme, 1948, p. 244).
b) Soûl de qqc. Exalté, ivre de. La main de Jude s'abattait sur l'épaule du colosse. — Rentre! Tu es gris! te dis-je; si tu n'as pas bu, tu es saoul de paroles! (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p. 95). La France est soûle de liberté. Après avoir déliré, elle tombera ivre morte. Et quand elle se réveillera, elle sera au violon (ROLLAND, J.-Chr., Foire, 1908, p. 764).
II. — Subst. masc. [Précédé d'un poss.] Mon (ton, ...) soûl, tout mon (ton, ...) soûl.
A. — [À propos de nourriture, de boisson] Jusqu'à être rassasié. Synon. son content, à satiété, en suffisance. Boire tout son soûl. Faisons ripaille, et gorgeons-nous tout notre soûl! (BARBIER, Ïambes, 1840, p. 19):
Mais j'en veux manger tout mon soûl [de soupe]. Quatre fois! peuh! la belle affaire!
J'en reprendrais bien pour un sou.
Dussé-je crever à la peine,
Je n'aurai garde d'en laisser.
PONCHON, Muse cabaret, 1920, p. 157.
Consommer son soûl de qqc. Boire son soûl d'eau. Mon cher, (...) votre destin n'est pas de manger aujourd'hui votre soûl d'huîtres, dînons (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 91).
Au fig. Avoir son soûl de qqc. Avoir quelque chose en quantité, au point d'en être dégoûté; avoir assez de quelque chose. Je suis rentré à minuit et demi, ayant mon saoul du théâtre (LÉAUTAUD, Journal littér., 1, 1904, p. 103).
B. — P. ext. Autant qu'on veut, autant qu'on le désire. Synon. son content. J'use de ma permission de rire tout mon soûl, quand je vous entends parler sérieusement de cet ivrogne (RENAN, Drames philos., Caliban, 1878, IV, 4, p. 424). Déraisonnez tout votre soûl, docteur (MAUROIS, Sil. Bramble, 1918, p. 131).
Faire qqc. à son saoul. Enfin, dit-il, je vais m'embêter à mon saoûl, tranquillement (BARRÈS, Barbares, 1888, p. 228).
Prononc. et Orth.:[su], fém. [sul]. Ac. 1694: saoul, e, 1718, 1740: soul, e, 1762: soûl, e; dep. 1798: soûl, e, saoul, e. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. 1971, p. 215: soul, et soulard, soulerie, soulographie, dessouler, etc. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. a) 1121-34 säul « rassasié » (PHILIPPE DE THAON, Bestiaire, éd. E. Walberg, 475); b) ca 1165 saol de (faire qqc.) (BENOÎT DE STE-MAURE, Troie, éd. L. Constans, 26495); c) 1559 « fatigué de » (AMYOT, Aratus, 30 ds HUG.), qualifié de ,,familier`` ds Ac. 1778; 2. 1534 « ivre » (RABELAIS, Gargantua, éd. R. Calder, M. A. Screech, p. 102). B. Subst. 1. 1160-74 (boire) son saoul (de) (WACE, Rou, éd. A. J. Holden, II, 3853); 2. ca 1450 p. ext. rire son soul (A. GREBAN, Passion, éd. O. Jodogne, 22372). Du lat. satullus « rassasié », dimin. de saturus « id. »; cf. fin XIe s. judéo-fr. saule subst. « fait d'avoir mangé jusqu'à satiété, excessivement » (RASCHI, Gl., éd. A. Darmesteter et D. S. Blondheim, t. 1, p. 129). Fréq. abs. littér.:661. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 164, b) 770; XXe s.: a) 1 675, b) 1 250. Bbg. BALDINGER (K.). Z. rom. Philol. 1980, t. 97, p. 204. — QUEM. DDL t. 5, 17. — ROMNEY (Cl.). Ivre/drunk... Meta. 1977, t. 22, pp. 132-137. — STEINMETZ (H.). Galloromanische Bezeichnungen für betrunken... Bonn, 1978, pp. 86-88.

soûl, soûle ou (vx) saoul, saoule [su, sul] adj. et n. m.
ÉTYM. XIIIe, saoul; saul, v. 1112; lat. satullus, de satur « rassasié ». REM. En poésie, on a employé l'orthographe sou (→ Lare, cit. 2).
———
I
1 Vx. Qui a mangé et bu à satiété. Rassasié, repu (Cf. Molière, le Médecin malgré lui, I, 1).
2 Fig., littér. || Soûl de… : rassasié, saturé de (qqch.) au point d'en être dégoûté (→ Note, cit. 23; pleurnicherie, cit. 1).
1 Mais Vitalis, saoul de plaisir lui aussi, las d'une même présence, obsédé de reproches, demeurait de glace devant ces fureurs nouvelles et plus tendres.
P.-J. Toulet, la Jeune Fille verte, VI.
3 N. m. a (1646). Vx. || Tout le soûl (Cf. Molière, les Femmes savantes, III, 6).
b (XVe). Mod. (précédé d'un possessif). Tout mon,… tout son,… tout leur soûl : autant qu'on veut, à satiété. Content (son), suffisance (sa). || Boire, manger, dormir tout son soûl. || Rire, fumer tout son soûl (→ 2. Bien, cit. 5; fumerie, cit. 2). || Se plaindre tout son soûl (→ Endurer, cit. 8).Vieilli (sans tout). || Mon, son soûl (→ Gras, cit. 44).
2 Ma femme est morte, je suis libre !
Je puis donc boire tout mon soûl.
Lorsque je rentrais sans un sou,
Ses cris me déchiraient la fibre.
Baudelaire, les Fleurs du mal, Le vin, CVI.
3 (…) seule, et la porte close, elle pourrait sangloter tout son saoul.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 25.
———
II Fam.
1 (1534). Ivre. Plein (→ Paraître, cit. 56). — ☑ Loc. Soûl comme un âne, un bourrin, une bourrique, un cachalot, un cochon.Soûl comme une grive (cit. 2 et 3).Soûl comme un Polonais.Un peu soûl (→ Bourreau, cit. 5). Gris. || Fin soûl : complètement soûl. || Femmes bêtement soûles (→ Fêtard, cit. 1).Loc. Des raisonnements de femme soûle, absurdes.
4 (…) je n'ai pas la permission de m'enivrer, fût-ce un jour par hasard. Ma vie doit être respectable. Songez donc : un de mes élèves me rencontrerait saoul dans la rue (…)
Gide, les Caves du Vatican, III, 15.
2 Fig. Enivré, grisé. || Soûls de paroles (→ Galéjer, cit. 1). || Soûl de mouvement, de grand air.
5 Enfin ! Nous nous sentions Hommes ! Nous étions pâles,
Sire, nous étions soûls de terribles espoirs (…)
Rimbaud, Poésies, IV.
CONTR. Jeun (à).
DÉR. Soûlard, soûlaud, soûler.
COMP. Dessouler. — Soûlographe, soûlographie.
HOM. Sou, soue, sous. — (Du fém.) Soul.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • saoul — saoul …   Dictionnaire des rimes

  • saoul — Saoul, Satur, Il vient de Satullus diminutif de Satur, en ostant ceste lettre t, Bien saoul, Cibo confectus. Saoul de dormir, Somno satiatus. Luy estant saoul, il parle de moy et de ma partie, Satur nunc loquitur de me, et de parte mea. Il est… …   Thresor de la langue françoyse

  • saoul — SAOUL, [sa]oule. adj. On prononce Soû; & la pluspart escrivent Soul ou Soû, Pleinement repû, extremement rassasié. Il a bien disné il est bien saoul. elle est soûle. il est si soû qu il creve. soû à crever. Il signifie aussi, Yvre, plein de vin.… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • saoul — et saouler (sou et sou lé) Voy. soûl et soûler …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SAOUL — SAOULER Voy. SOÛL, SOÛLER …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • Saoul — Ivresse Pour les articles homonymes, voir Ivresse (homonymie). « Bourré » redirige ici. Pour la commune française, voir Bourré (Loir et Cher) …   Wikipédia en Français

  • saoul — an. => Soûl …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Saoul Mamby — Saoul Paul Mamby (born 1947 06 04 in the Bronx, NY) was a professional boxer between 1969 and 2000. Personal Mamby, the child of a mother of Spanish decent and father from Jamaica, converted to Judaism at age 4. [… …   Wikipedia

  • SAOUL, SAOULER — n. m. Genre de singe d’Amérique, qui a la queue prenante et qui est fort petit. Voyez SAJOU. Il se dit, figurément et familièrement, d’un Petit homme laid et ridicule. C’est un vrai sapajou …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • soûl, soûle ou saoul, saoule — ● soûl, soûle ou saoul, saoule adjectif (latin satullus, de satur, rassasié) Familier. Qui est ivre, qui a bu avec excès d une boisson alcoolisée : Rentrer soûl à la maison. Qui est pleinement rassasié de quelque chose, qui en a eu au delà de ses …   Encyclopédie Universelle

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.